Théâtre : « Ma Séraphine » de Patrice Trigano

par | 28 Juin 2023

Nous avons pu découvrir en avant-première Ma Séraphine de Patrice Trigano qui sera à prochainement l’affiche de L’Espace Roseau Teinturiers à Avignon à 18h35.  La délicatesse et la sensibilité de la mise en scène de Josiane Pinson se retrouvent à chaque instant dans les replis de ce magnifique spectacle. L’adaptation de cette oeuvre, en portant un regard tendre sur l’incroyable histoire de Séraphine Louis, explore la question philosophique centrale des rapports que peut entretenir l’art avec la folie. 

Peu avant que la seconde guerre mondiale n’éclate, Séraphine Louis, dite Séraphine de Senlis fait la rencontre par hasard de Wihlem Uhde, collectionneur esthète, marchand d’art et farouche opposant au régime nazi. Cette femme de ménage, à la personnalité simple, s’avère être un peintre de génie. Sa personnalité contrastée intrigue grandement Wihlem Uhde qui découvre qu’elle est atteinte de schizophrénie. Découvreur des œuvres de Picasso, de Braque ou encore du Douanier Rousseau, il reconnait immédiatement en elle l’étoffe d’un pur génie.

Wihlem Uhde, interprété magistralement par Laurent Charpentier, entretient à la façon d’un conteur le fil narratif de l’histoire. Il nous fait découvrir les étapes de sa vie au contact de Séraphine. Il nous embarque vers cette époque trouble où l’art rayonnait et offrait au monde une beauté incomparable. Un magnifique exutoire face aux ténèbres qui envahissaient le monde. Emu par cette femme simple et géniale, il ne se lassait pas de vouloir la porter au succès et à une notoriété certaine. Mais la maladie gagnant du terrain ne laissait aucun répit à cette femme douée d’un talent hors du commun. Tantôt allié ou ennemi, il lui était difficile de cerner cette femme enfermée dans sa folie. Traqué pour son homosexualité et son opposition au régime nazi, il ne dut son salut qu’à une prompte fuite à travers l’Europe avant de se fixer définitivement en France.

Au delà de cette histoire émouvante, il convient de s’interroger sur les rapports de l’art et de la folie. Question philosophique par essence, L’Art est-il le pendant de la folie ? Faut-il posséder une once de folie pour être génial ? Hölderlin, Nietzsche, Camille Claudel.. et tant d’autres ont vérifié ce postulat. Mais la réponse est loin d’être aussi simple. Et cette question, que pose en filigrane cette pièce, reste malheureusement en suspens …

La romance de Nadir d’après Georges Bizet, déclinée sous plusieurs formes, baigne la dramaturgie dans un refrain émouvant. Les comédiens, criants de sincérité, déroulent avec brio cette histoire prodigieuse. Saluons la mise en scène harmonieuse et sensible de Josiane Pinson qui a su rassembler ces deux univers si dissemblables en une seule et même composition.

Laurent Schteiner.

 

 

 

 

 

MA SERAPHINE de Patrice Trigano

Mise en scène de Josiane Pinson

avec : Marie-Bénédicte Roy et Laurent Charpentier 

  • Assistante à la mise en scène : Anne-Laure Maudet
  • Création Lumière : Anne Bigou
  • Création sonore : Stéphane Corbin
  • Scénographie : Edouard Dossetto
  • Copyright : Karine Lettellier

Festival d’Avignon du 7 au 29 juillet 2023 :

Espace Roseau Teinturiers à 18h35 (relâche les mardis 11,18 et 25)

 

 

Share This