Les Déchargeurs nous proposent actuellement l’adaptation d’un ouvrage de Fernando Pessoa, Le livre de l’intranquillité. Ce seul en scène, d’une richesse incomparable, convoque tous les excès dont l’homme s’est rendu coupable et questionne la vacuité de l’existence de l’homme.

Assis derrière son bureau, un modeste aide-comptable d’une société obscure de Lisbonne, jette un oeil acerbe sur le monde qui l’entoure. Ce faisant, il entreprend de se révéler dans ses rapports au monde. Montrant sa différence, il fustige ceux qui font des rêves et leur volonté de les réaliser. Les autres se complaisent dans l’impuissance. Mais ceux qui croient avoir réussi n’ont été de facto que le fruit du destin. Croire en leur réussite revient à s’infantiliser. Pire  ! A s’endormir.

® Matthieu Camille Collin

Pour sa part, le narrateur, dans son bureau de la rue Douradorès ,se confronte à sa vie, à la lisière de l’absurde. Il se questionne sur ses rêves. Rêve-t-il sa vie ou bien ne vit-il pas lorsqu’il rêve ? Il lui semble que le monde appartient à ceux sont dépourvus de ressentis. Cette absence de sensibilité gouverne ceux qui dirigent le monde, les autres subissent. A ce titre, l’action est condamnable car elle travestit le rêve. Mais ce même rêve s’avère être une calamité car il induit une folie qui frise à la stupidité. Toute cette intelligence mise au service des rêves est proprement confondante.

La seule solution envisageable est d’apprécier la monotonie de la vie. Toucher du doigt cet instant où l’on ne pense pas est un pur moment de bonheur. La rue Douradorès devient alors un lieu d’un bonheur entretenu.

La mise en scène épurée de David Legras place son personnage au centre même du propos. La scénographie réduite à une estrade de guingois, outre le minuscule bureau, traduit le déséquilibre de la vie et du questionnement incessant qui la traverse. David Legras nous distille la magnifique prose de ce poète, qui pour l’heure, où l’absurde explore la vacuité de l’existence. Cette œuvre lumineuse et enthousiasmante s’avère être un petit bijou théâtral.

Laurent Schteiner

Le livre de l’intranquillité de Fernando Pessoa
Traduction Françoise Laye

Adaptation, mise en scène et jeu : David Legras

  • Assistant à la mise en scène : Camille Delpech
  • Lumières Dan Imbert
  • Décors Jacques Poix-Terrier
  • Costumes Jérôme Ragon
  • Chorégraphie Ana Yepes

Théâtre Les Nouveaux Déchargeurs
3 rue des Déchargeurs
75001 Paris
Tel : 01 42 36 00 02
www.lesdechargeurs.fr

Dates et horaires : du 4 au 28 mai 2022, du mercredi au samedi à 19h15

Share This