Théâtre : « Grenouille » de Charline Curtelin aux Nouveaux Déchargeurs

par | 4 Mar 2023

Le théâtre des Nouveaux Déchargeurs nous présente actuellement une œuvre où l’intime appelle à la consolation et à la réparation, face à la douleur de la perte d’un être cher. Grenouille de Charline Curtelin est un seul en scène, chargé d’optimisme, entretenant un rapport tenu avec la résilience. Avec subtilité et délicatesse, Charline Curtelin nous guide sur le chemin étroit de la renaissance afin de réenchanter un univers déserté. 

Raphaëlle, blottie au fond de sa baignoire, reste prostrée. Dévastée par la perte de Myriam, elle ne bouge plus. Le son intemporel des gouttes d’eau qui s’écoulent régulièrement souligne sa perte de lucidité et de repères. Recroquevillée sur elle-même tel un fœtus, elle nous immerge dans un silence assourdissant où la mort de Myriam l’a anéanti. Comme un automate, elle sort de sa torpeur en s’extrayant de son refuge. Des souvenirs affluent de sa vie heureuse et désormais révolue. Ils prennent une importance soudaine car ils constituent son seul moyen de ressusciter Myriam, une partie d’elle-même qui n’est plus. Myriam qui a déserté sa vie. Il lui faut à tout prix qu’elle revive de quelque manière que ce soit. Une grenouille nichée au fond de sa baignoire, réalité ou fantasme, lui permet de communiquer avec Myriam et d’entretenir un fil ténu avec son amour perdu. De souvenir en souvenir, elle explore avec sensibilité et gaité les désirs, les rêves et les contradictions de Myriam. L’hostilité grandissante des parents de Myriam nourrit son isolement en la dépossédant de leur vie commune. Raphaëlle ne peut accepter cette dépossession. La symbolique des vêtements désormais inhabités révèle soudainement une sensualité et une lascivité inattendues. Un désir violent la rappelle à l’essence même de la vie. Sans oublier son amour, elle est désormais prête à laisser partir Myriam et continuer sa route…

Il faut entendre la belle écriture du texte de Charline Curtelin dont la poésie et l’optimisme nous font chavirer le cœur. Mathilde Augustack réalise une très belle performance dans le rôle d’une Antigone des temps modernes fidèle à son amour. Ce spectacle intimiste nous rappelle qu’un amour ne peut jamais mourir…

« J’ai envie de faire l’amour. Et ça c’est très problématique. Je devrais être effondrée. Rien que de le dire, je me sens…tu vois. Il se passe des choses. Comme si elle était encore là, à me frôler, à me toucher même… Je ne te parle pas d’un baiser dans l’espoir qu’elle se réveille, j’ai envie que ce soit violent, qu’on ne puisse pas s’arrêter, encore, encore et encore. »

Laurent Schteiner

GRENOUILLE de Charline Curtelin

Mise en scène de Charline Curtelin

avec Mathilde Augustak

  • Collaboration artistique : Mathilde Augustak
  • Scénographie : Marthe Lepeltier
  • Création sonore : Robin Emptone
  • Crédit photos : Amaury Cornu

Les Nouveaux Déchargeurs
3 rue des Déchargeurs
75001 Paris
Lesdechargeurs.fr
Tel : 01 42 36 00 02

Jusqu’au 25 mars à 19h, les jeudis, vendredis et samedis

Share This